Et si on arrêtait de se battre contre la rumination cérébrale ?

 

cogitation mentale

 

« Je n’en peux plus… », « J’en ai plein la tête… », « Je suis fatigué… », « Je sature… », trop de pensées, pas de bouton Off, maux de tête, migraines, pas moyen de dormir en paix, hyperactivité, … Des situations qui sont devenues malheureusement courantes et « normales »…

Mais est-ce que tout le monde vit comme ça ? Est-ce réellement « normal » ? Je suis sûr que vous avez bien une ou deux personnes dans votre entourage qui paraissent toujours calmes et paisibles, qui dorment bien et pour qui tout paraît plus simple car ils gèrent leur cogitation mentale facilement et naturellement.

 

Est-ce du « je-m’en-foutisme », un mode de vie particulier ou une hygiène de vie spéciale ?

Et si je vous disais qu’il était possible de gérer vos pensées, de faire le vide dans votre esprit, d’arrêter de subir cette cogitation mentale au quotidien, et surtout qu’il était possible de mettre en place des habitudes pour ne pas arriver à saturation, ce serait bien, non ?

Et bien oui, cela existe ! La clef principale, pour dire stop à la cogitation mentale, se trouve dans l’acceptation, l’écoute de soi et le rangement. Ok, d‘accord, mais qu’est-ce que cela veut dire ????

 

Suivez-moi, je vais vous raconter une histoire…

Il était une fois le cerveau humain… Depuis la nuit des temps, les scientifiques et les grands penseurs de ce monde s’arrachent les cheveux pour essayer de comprendre son fonctionnement et ce qui s’y cache à l’intérieur. Tout commence par Aristote, Hippocrate, Démocrite et Hérophile avec leur questionnement sur la localisation de l’âme dans le cerveau ou dans le cœur. Puis, avec les travaux de Galien et de Descartes sur les liens anatomiques entre le cerveau et le reste du corps. Et enfin, avec les fabuleuses découvertes de la médecine moderne, des neurosciences et de la neuropsychologie, ces dernières années, la connaissance de notre cerveau ne fait que grandir tous les jours. La cogitation mentale a encore ses secrets mais pas pour longtemps.

L’humain a fait d’énormes progrès vis-à-vis de la constitution physique de son propre cerveau. Mais qu’en est-il du point de vue du fonctionnement et surtout de l’utilisation de ce dernier ? Comment fonctionne la cogitation mentale ? Ces dernières années, c’est Idris Aberkane, avec la neuroergonomie, qui remet cette question au goût du jour.

 

En effet, si nous avions la possibilité de voir réellement comment notre cerveau réalise vraiment toutes les opérations que nous lui demandons tous les jours (comme le fait très bien notre bras ou notre main), nos raisonnements et nos actions ne seraient peut-être pas les mêmes.

Donc, pour la suite, nous allons apprendre ensemble à ranger et ordonner les idées et les pensées qui passent en permanence dans notre tête.

 

 

Un exercice ?

Pour arrêter de vous battre contre vous-même, de subir vos pensées, de vraiment dire stop à la cogitation mentale et pour redécouvrir le calme et le bien-être que procure un esprit ordonné, nous vous avons préparé une séance guidée.

Pour commencer et faire un travail de fond efficace, nous vous préconisons de faire cet exercice 1 fois par jour pendant minimum 1 mois, et plutôt le soir, pour faire le tri cérébral de votre journée et stopper plus facilement votre cogitation mentale habituelle.

Ensuite, une fois que vous vous serez familiarisé avec la méthode, nous vous recommandons de faire cet exercice minimum 1 fois par semaine, même si tout va bien.

Enfin, le top serait que cela devienne pour vous une hygiène de vie. Comme, chez l’être humain, tout bouge et tout change tous les jours, il est nécessaire de vous occuper quotidiennement de votre esprit et de vos pensées, de la même manière que vous vous lavez les dents 1 à 3 fois par jour.

Pour apprendre de manière concrète à ranger vos pensées,
nous vous avons concocté 2 séances guidées !

Pour recevoir gratuitement chez vous ces vidéos ainsi que nos conseils, par email, merci de remplir ce formulaire :

 
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.