Pourquoi votre esprit fait-il des sacs de nœuds ? Par obligations, pression, complications, contraintes, … Est-ce vraiment nécessaire ?

 

Contrôle obligations contraintes

 

Débordé, stressé, trop de choses dans la tête, devoir toujours tout anticiper, tout prévoir, à penser pour deux, à faire les choses pour tout le monde, impossible de faire une pause, se réveiller plusieurs fois la nuit parce qu’il y a encore ça ou ça qui cogitent dans votre tête, l’impression de forcer tout le temps, que la vie est compliquée, et quand la pause s’impose, quand le corps dit stop ou quand les RTT arrivent … BOOM ! Le contrecoup est là,  malade en vacances ou déçu de ne pas profiter de l’instant présent car votre mental prévoit déjà la rentrée : lessives, courses, devoirs, clients, dossiers, … C’est comme si c’était plus fort que vous, comme si votre mental vous contrôlait
Et pourtant il existe vraiment des personnes qui n’ont pas besoin de faire tout ça. Elles arrivent à vivre sans se prendre la tête. En famille, entre amis, au travail, tout se fait tellement naturellement !
Eh oui, au fond, vous aimeriez tant que ce soit plus simple, fluide, plus besoin d’avoir les yeux de partout en permanence, enfin pouvoir profiter de l’instant présent à chaque seconde, en bref lâcher-prise… … « Ouh la, ça y est, j’utilise les grands mots ! » 😉

 


Pourquoi est-ce que le contrôle limite votre esprit et votre épanouissement ?

Notre culture, notre éducation et notre histoire nous ont amené à penser de manière très scientifique, pragmatique et cartésienne. Jusque-là, rien d’anormal, me direz-vous ! Notre évolution se faisant perpétuellement, nous sommes arrivés aujourd’hui à un besoin d’évoluer encore qui est la nécessité de se reconnecter, se recentrer sur la partie humaine qu’il y a en chacun de nous.
En effet, notre côté scientifique nous a poussé à aller tellement loin dans l’analyse et la logique que nous nous sommes coupés de notre propre nature…, à savoir les émotions et la sensibilité humaine. Eh oui, une émotion n’a rien de logique, au grand désarroi de notre mental et de notre ego… Finalement, l’être humain n’arrivant pas à comprendre de manière cartésienne les émotions, il a décidé de se couper de ces dernières en mettant un gros couvercle dessus afin de les oublier. Bien évidemment, cette technique a ses limites et je pense que cela paraît logique de dire que de mettre un problème de côté ne le résout pas. Et pourtant, l’Homme s’obstine toujours à essayer de contrôler mentalement et de manière logique ses propres émotions… En réalité, en essayant de contrôler, il ne fait qu’aggraver le problème, sauf que l’on a fondamentalement l’impression d’aller mieux en ayant ce comportement. Et c’est là qu’est le problème.
Pour mieux comprendre, revenons aux fondamentaux et prenons la définition dans le Larousse du mot « contrôler » = « dominer, contenir ses propres réactions, diriger un phénomène, avoir sous son autorité, obliger, forcer, imposer, verrouiller ».
Aïe aïe aïe… Si je comprends bien, on est très loin de la fluidité et de la simplicité, loin de s’écouter et d’être attentif à ce qu’il se passe en nous-même, et encore moins d’accepter et d’autoriser quelque chose…

Premier constat : le contrôle, c’est surtout essayer d’être un dictateur dans votre vie, dans vos actions, dans vos pensées, dans votre corps, avec les autres et avec vous-même. Le contrôle ne permet donc pas d’aller dans la profondeur des choses car il n’y a pas d’acceptation, mais juste des obligations et des devoirs, avec vos formulations favorites : « Il faut que, je dois que… ». Les choses mises en place avec le contrôle ne sont que superficielles. « Attention, ça y est, les premiers boucliers du mental se lèvent et l’ego bloque tout… Ah ah ! Allez, respirez un bon coup et continuez la lecture. Tout va bien se passer. » 😉

Deuxième constat : même si le mental bloque les émotions, il est nécessaire de comprendre qu’un être humain est avant tout un être émotionnel. En effet, le côté rationnel est développé grâce à l’école. Regardez la spontanéité de vos enfants. Donc, en contrôlant vos émotions ou plutôt en les gardant à l’intérieur de vous-même, vous devenez une vraie bombe à retardement… Vous savez les remarques que l’on se fait à soi-même ou que votre entourage exprime : « prends sur toi, ne dis rien, incompris, frustré, en colère, triste, déprimé, … ». Bravo, vous venez de créer ce que j’appelle l’effet « cocotte-minute » : je prends sur moi, je monte en pression plus ou moins rapidement, pour en arriver à exploser une fois que la fameuse et célébrissime goutte d’eau a fait déborder le vase pour finalement détruire, blesser et violenter tous ceux que vous aimez le plus et surtout vous-même… et avec bien sûr les regrets et la culpabilité qui vont bien après… « Ah je vois que vous connaissez ! Respirez de nouveau et reprenez la lecture. » 😉

Troisième constat : pourquoi avoir besoin d’avoir en permanence 100% des informations ? Que va-t-il se passer si l’inconnu se présente ? Que pourrait-il vous arriver si un impondérable apparaissait, si tout ne se déroulait pas comme prévu ? Pourquoi devez-vous toujours anticiper le pire tout le temps ? Franchement, vous croyez que vous n’allez pas réussir à y faire face ? C’est ça ???
Ecoutez votre petite voix intérieure ! Soyez vraiment attentif. Que vous dit-elle franchement et honnêtement ?
« Faites une pause ici !!! Plongez dans vos pensées ! Prenez quelques minutes pour apprendre à vous écouter avant de reprendre la lecture. »

Et oui, il y a le doute, les questions, l’angoisse, le stress, jamais vraiment sûr de soi et le piège de penser au pire qui prend le dessus,… Normal, me direz-vous ? Et bien je vous répondrais que non ! Car la réalité qui se cache derrière votre attitude est, tout simplement, que vous manquez de confiance en vous ! En effet, la confiance permet de savoir que oui le risque zéro n’existe pas, mais que si un imprévu arrive, vous pourrez y faire face et que, dans le pire des cas, vous saurez rebondir et aller de l’avant. « Allez, laissez passer de nouveau votre mental qui va peut-être nier pour essayer de se mentir à lui-même et de ne rien changer à la situation… Respirez de nouveau, nous arrivons à la fin de l’explication. Rien n’est perdu car tout est modifiable chez l’être humain ! Ouf ! » J

Pour récapituler : le contrôle vient de :

  • Un mental scientifique et cartésien trop puissant, qui reste en surface
  • Un manque total d’écoute et de connaissance de soi
  • Un manque cruel de confiance en soi

« Ah voilà, c’est mieux, nous y voyons plus clair, cherchons maintenant comment faire pour changer votre comportement. »

 

Contrôle, gestion et maîtrise ?

La clef pour sortir de ce piège est d’apprendre à « gérer » les choses. Certes, dans le langage courant, les mots « gérer », « contrôler » et « maîtriser » sont souvent utilisés comme des synonymes, mais en réalité, ils sont bien différents. Retournons dans le Larousse :
– « Gérer » = « assurer la gestion, accepter, organiser, guider, manager, administrer »
– « Maîtriser » = « pouvoir user à son gré d’un savoir, d’une technique, sûreté de l’exécution dans un domaine, exploiter, surmonter, dompter »

Que se passe-t-il lorsque vous gérez vos émotions, vos actions et votre vie, plutôt que de contrôler ?

Le résultat final sera qu’enfin, vous pourrez maîtriser quelque chose. Le contrôle est une illusion de la maîtrise ! Par exemple, comme vous n’êtes pas à l’écoute de vous-même, vous restez toujours en surface des choses et vous vous faites auto-manipuler par vos propres émotions. « Dommage… ».
La gestion commence toujours par l’acceptation, puis par la prise en compte de tous les éléments de la situation, pour finalement trouver des solutions pour avancer dans la direction que vous voulez, et le tout de manière fluide et naturelle.

 

Sortir du « contrôle » pour apprendre « gérer » et savourer ?

  • Accepter vos émotions et la situation présente (« Je sais, cela peut faire peur, mais je sais que vous pouvez y arriver ! Oui oui, c’est possible ! »)
  • Faites une pause, prenez du recul et observez la situation pour prendre en compte tous les éléments présents (même ceux qui ne vous arrangent pas)
  • Définissez votre objectif (ce que vous voulez obtenir ce que vous voulez éviter)
  • Réfléchissez aux solutions pour faire face à la situation et avancez vers votre objectif.
    Et pour sortir des idées reçues par rapport aux émotions : il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions. La réalité est qu’elles ont toutes les 2 facettes : positive et négative. Il vous suffit donc de choisir comment les exploiter !
  • Atteignez ce que vous voulez en étant fier de vous !

Une fois que vous saurez gérer, vous pourrez enfin passer à la case « Maîtriser » : vivre n’importe quelle situation en étant à l’écoute de vous-même, la définition de vos désirs sera naturelle, les solutions vous apparaîtront plus spontanément et tout sera fluide grâce à la confiance en vous.

 

Exercice pour apprendre à sortir du contrôle

Plus concrètement, voici un exercice pour que vous appreniez à gérer, puis maîtriser, votre être. Grâce à cet exercice, vous pourrez agir, en toute sécurité, sur les fondations de vos décisions et donc de votre vie, pour créer un épanouissement solide et durable dans le temps : voir la page suivante.

– Mode d’emploi :

  1. Lisez en entier une première fois tout l’exercice pour l’avoir en tête. Si besoin, enregistrez-vous.
  2. L’exercice commence par la création, dans votre imagination, d’une tour d’observation pour prendre du recul.
  3. Puis, cherchez dans votre passé des souvenirs positifs pendant lesquels vous aviez confiance en vous.
  4. Et enfin, créez un bouton qui déclenche la prise de recul et la confiance en vous automatiquement (cela s’appelle un ancrage).

– Exercice :

1- Préparation : Définissez une durée précise (ex : 15min) et un objectif précis (ex : apprendre à gérer vos émotions, avoir plus confiance en vous, …). Installez-vous dans un endroit calme, dans une posture agréable et fermez les yeux.

2- Détendez-vous : Prenez 5 grandes respirations profondes pour vous détendre et relâcher votre corps.

3- Construisez votre tour : Commencez par imaginer une tour d’observation sur laquelle vous pouvez grimper pour vous y installer. Cette tour peut être aussi une montagne, un arbre, une maison, une cabane, un immeuble, … tout ce qui vous permet de prendre de la hauteur.

4- Prenez du recul : Une fois construite, installez-vous tout en haut de votre tour et profitez de la vue : respirez tranquillement, prenez votre temps, contemplez, savourez, lâchez-vous, libérez-vous ! Vous êtes en sécurité car c’est vous qui pilotez tout ce qui se passe en vous. Soyez juste à l’écoute de vous-même.

5- Savourez : Prenez autant de temps que nécessaire. Ça y est, vous êtes dans l’instant présent. Même s’il y a des pensées ou autres choses qui passent dans votre esprit, observez-les, en étant détaché et distant. Acceptez ce qui se passe, constatez la prise de recul dans laquelle vous êtes et vous verrez que vous aussi, vous êtes capable de créer le bien-être en vous !

6- La confiance en soi : Maintenant, voyagez dans votre passé pour aller chercher tous les souvenirs dans lesquels vous étiez très confiant, sûr de vous, dans lesquels vous aviez réussi à atteindre ce que vous souhaitiez : souriant(e), heureux(se), fort(e) et puissant(e). Laissez-vous porter par votre esprit car tous les souvenirs sont là. Il y en a tellement, aussi bien conscients qu’inconscients. S’il y a des émotions, acceptez-les, c’est normal, vous êtes humain.

7- Savourez : Prenez autant de temps que nécessaire. Ça y est, vous êtes dans l’instant présent. Même s’il y a des pensées ou autres choses qui passe dans votre esprit, observez-les, en étant détaché et distant. Acceptez ce qui se passe, constatez que vous êtes en train de vous remplir de confiance en vous et vous verrez que vous aussi vous êtes quelqu’un d’extraordinaire. Ressentez-le et vivez-le maintenant !

8- Créez votre bouton automatique : maintenant que tout est mis en place et fonctionne, vous pouvez créer votre bouton pour que vous puissiez très rapidement revenir dans cet état de bien-être, de recul, de confiance et de sécurité. Ce bouton peut être une image, un son, une odeur, une action, un mouvement, une musique, un mot, … tout ce qui peut vous permettre de créer un déclic dans votre esprit. Plus c’est personnel, délirant et amusant, plus cela marchera facilement et longtemps.

9- Savourez : Pour finir, prenez autant de temps que nécessaire. Profitez vraiment de cet état de bien-être. Installez-le définitivement en vous pour passer une agréable journée. Et maintenant, revenez tranquillement à vous, en sachant que cet état de bien-être ne vous quittera plus ! Chouette ! Réactivez tous vos muscles et tous vos neurones pour vous retrouver en pleine forme et totalement présent. Vous pouvez être fier de vous ! Bravo ! Ouvrez les yeux !

 

Nota : après cet exercice, il est possible de ressentir de la fatigue, des douleurs ou encore des sautes d’humeur. Si tout cela arrive, bravo, c’est signe que vous êtes en train de créer des changements en vous. C’est comme ça que votre être fait le ménage. Ce sont des messages qui indiquent que vous évoluez vers d’autres habitudes avec d’autres repères meilleurs pour vous. Donc tout va bien se passer, rassurez-vous ! Vous n’aurez qu’à accepter et savourer l’état de bien-être qui arrivera ensuite. Vous verrez !

 

 

 

Pour aller plus loin :