Fini le langage de sourd et les incompréhensions, place à l’écoute et aux échanges constructifs !

 

Incompréhensions

 

 « J’en ai marre, personne ne me comprend… », « Je n’ai pas compris… », « Qu’est-ce qu’il a voulu dire ??? », « Que pense-t-il vraiment ? », « Il ne m’écoute pas… », « Il le fait exprès ! Il ne comprend rien et ça m’énerve !!! »

Des situations quotidiennes qui, sur un mot, deviennent des tornades de violence, de conflits et d’explosions d’émotions… Comment est-ce possible ? Pourtant, ce n’était qu’un mot, qu’un simple mot… Comment cela se fait-il que les mêmes mots dans la bouche de certains provoquent des effets positifs alors que ces derniers dans votre bouche provoquent complètement l’inverse… Que se passe-t-il ?

Comment faire pour ne pas tomber dans les pièges de la communication ? Comment faire pour être compris de tous et comprendre les autres ? Quel est le sens réel des mots ?

La clef principale est dans la manière d’aborder le sens réel de la communication. En effet, nous pensons tous que tout ce qui sort de notre bouche est logique et évident, donc l’est aussi pour les autres… Et bien évidemment, ce n’est pas le cas !

Pour comprendre, nous allons naviguer dans différents domaines et avec différents experts : la linguistique, la sémiologie, la communication, le béhaviorisme, la Programmation NeuroLinguistique (PNL) et la Communication Non Violente (CNV) avec F. De Saussure, C.Grinevald, CS Peirce, R.Bandler, J.Grinder, l’école Palo Alto, Roman Jakobson, C.Shannon, I.Pavlov, TM.Newcomb, G.Nateson ou encore MB.Rosenberg.

 

 

Quelques chiffres :

  • Estimations du nombre de langues parlées dans le monde : entre 3 000 et 7 000 langues
  • Nombre de mots dans la langue française : entre 60 000 et 100 000 mots, avec 30 000 mots usuels (anglais : > 200 000 mots)
  • Nombre moyen de mots connus par un français : de 3 000 à 3 500 mots
  • Quantité de mots utilisée dans une journée : de 300 à 3 000 mots
  • Proportion de la communication verbale (l’utilisation des mots) : environ 20% de la communication humaine (le reste est non verbal)

A l’école, nous avons appris que le sens d’un mot est donné par le dictionnaire. La définition de ce dernier est effectivement une première base importante pour se comprendre les uns les autres. Avec l’expérience, vous avez pu constater que le sens du dictionnaire n’est pas la seule réalité d’un mot. Il est donc nécessaire pour cela d’utiliser le langage et la communication pour faire passer le message que vous voulez faire comprendre aux autres. Mais, sur le terrain, la compréhension est dépendante de la vision personnelle de chacun. Alors comment faire pour être compris ?

 

Ingrédients pour une communication efficace :

1- Sens réel : la compréhension réelle d’un mot n’est pas donnée par le dictionnaire, mais par l’esprit et la réaction de votre interlocuteur.

2- Ecoute : soyez attentif à votre interlocuteur pour mieux comprendre son monde, sans jugement ni critique.

3- Adaptation : synchronisez votre attitude et vos mots avec votre interlocuteur pour pouvoir entrer plus facilement dans son monde et être dans un échange constructif.

4- Compréhension : vérifiez ce que votre interlocuteur a compris, en utilisant la question suivante : « Qu’as-tu compris ? ». Arrêtez d’utiliser la question « As-tu compris ? » car votre interlocuteur vous répondra souvent ce que vous avez besoin d’entendre car il ne veut pas se sentir bête ou vous vexer.

5- Action : essayez, réessayez et réessayez encore. Ce n’est qu’à travers les échanges concrets que vous allez pouvoir mieux comprendre votre interlocuteur. Il n’y a pas d’erreurs ni d’échecs, mais que des apprentissages et une progression positive.

 

 

Et sur le terrain ?

Concrètement, tous les jours, essayez de faire les exercices suivants :

1- Ecoute + reformulation : après avoir écouté attentivement votre interlocuteur, amusez-vous à faire vos explications de plusieurs manières différentes. Utilisez des mots, des phrases et des expressions différentes à chaque fois que vous parlez avec quelqu’un

2- Acteur des incompréhensions : lorsque vous constatez que votre interlocuteur ne fait pas ce que vous aviez dit, ne vous énervez plus. Le plus simple est de partir du principe qu’il n’a vraiment pas compris, c’est donc à vous de trouver les bons mots et les bonnes phrases pour être mieux compris par lui

3- Jamais trop : il n’est pas possible de « trop » communiquer ! Pour être sûr d’être compris, il est préférable de donner plus de détails que pas assez, dans la mesure, bien sûr, où l’on vous écoute encore

4- La richesse de la différence : comme chaque point de vue est unique et comme il n’y a pas qu’une seule manière de voir les choses, amusez-vous à enrichir votre expérience et votre vision grâce aux autres. La discussion et les échanges avec les autres sont une grande source d’apprentissage, de leçons et d’évolution pour chacun d’entre nous

 

 

 

Pour aller plus loin :